Dirty Monkey Index du Forum
Retour au site   S’enregistrer   MPs   Rechercher   Membres   Groupes   FAQ   Connexion
fesse bouq c'est de la balle
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4
 
Répondre au sujet    Dirty Monkey Index du Forum » - ACTION / REACTIONS - HELP - » :: Kou' D' GuEuLe et Débats :: Sujet précédent
Sujet suivant
fesse bouq c'est de la balle
Auteur Message
IVO



Inscrit le: 08 Juin 2008
Messages: 16 381

MessagePosté le: Dim 10 Mai 2015, 11:10    Sujet du message: fesse bouq c'est de la balle Répondre en citant

Revue du message précédent :

apres les experiences de contagion emotionnelle, la « filter bubble »

algorithme filtre Facebook
>>>
http://rue89.nouvelobs.com/2015/05/08/lalgorithme-filtre-les-posts-facebook…
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Dim 10 Mai 2015, 11:10    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
IVO
GOriLLe
GOriLLe

Hors ligne


Inscrit le: 08 Juin 2008
Messages: 16 381
Masculin Verseau (20jan-19fev) 猴 Singe Autres

Gagnant Dirty Défis: Gagnant du Dirty Défi 12 HardCore

MessagePosté le: Mer 13 Mai 2015, 09:46    Sujet du message: fesse bouq c'est de la balle Répondre en citant

Facebook développe la reconnaissance faciale... de dos
Citation:
Après la reconnaissance vocale, la biométrie et son cortège (empreinte digitale, ADN, iris...), nous pourrons être reconnus même visage caché. Une technique qui devrait surtout servir à (encore plus de) la surveillance.

Bientôt, Facebook pourra vous reconnaître même si votre visage est dissimulé. Une équipe du laboratoire Facebook IA Research (assistée de chercheurs de l’Université de Berkeley) vient de publier une étude sur un nouvel algorithme (ô joie) qui permet d’identifier des personnes à partir de leur posture corporelle.

>>>
http://rue89.nouvelobs.com/2015/05/12/facebook-developpe-reconnaissance-fac…


_________________
.^o GRAVOS MC ° SC1 ° SC2
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
IVO
GOriLLe
GOriLLe

Hors ligne


Inscrit le: 08 Juin 2008
Messages: 16 381
Masculin Verseau (20jan-19fev) 猴 Singe Autres

Gagnant Dirty Défis: Gagnant du Dirty Défi 12 HardCore

MessagePosté le: Lun 22 Juin 2015, 10:16    Sujet du message: fesse bouq c'est de la balle Répondre en citant

Pourquoi Facebook et Instagram font-ils de nous des losers ?
>>>
http://www.lesinrocks.com/2015/06/21/web/pourquoi-facebook-et-instagram-fon…
_________________
.^o GRAVOS MC ° SC1 ° SC2
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
kepon47
*KiNG KOnG*
*KiNG KOnG*

Hors ligne


Inscrit le: 17 Mar 2010
Messages: 5 542

ADMINISTRATEUR

Masculin
Membre de l'Association
Dirty Monkey


MessagePosté le: Mar 29 Sep 2015, 12:07    Sujet du message: fesse bouq c'est de la balle Répondre en citant

http://www.lesenrages.antifa-net.fr/il-faut-quon-discute-de-notre-usage-de-…

 
Citation:
 

Impostures du marché
Il faut qu’on discute de notre usage de Facebook


12 février 2015 lesenragés

En octobre 2012, le collectif allemand Nadir a publié un communiqué traitant des implications de l’utilisation de Facebook, et plus largement de tout réseau social ou service internet (mails) centralisé.
L’année 2013, en particulier grâce aux révélations de lanceurs d’alerte comme Edward Snowden, a confirmé le danger intrinsèque de ces services, et plus largement d’internet dans un cadre irraisonné.
Traduction de leur texte, jamais diffusé en français à notre connaissance.
Depuis plusieurs années, nous fournissons des serveurs et une infrastructure de communication pour  » la gauche  » [1]. Nous avons fait de notre mieux pour garder les serveurs sûrs, et avons résisté, par divers moyens, aux requêtes d’accès aux données des utilisateurs par les autorités.
En bref : nous tentons d’offrir une forme libératrice de communication à l’intérieur de l’internet capitaliste.
Disneyland
 
Nous n’avions pas réalisé qu’après le stress des actions de rue ou les longues discussions collectives, beaucoup d’activistes semblent avoir ce désir de papoter à loisir sur Facebook, de tout et avec tout le monde.
Nous n’avions pas réalisé que, même pour la gauche, Facebook est la plus douce des tentations. Que la gauche, aux côtés des autres, apprécie de suivre le subtil flux d’exploitation, là où il ne semble faire aucun mal, et, pour une fois, sans avoir à résister.
Beaucoup de personnes ont mauvaise conscience. Bien que cela pourrait leur permettre d’anticiper les conséquences fatales de Facebook, cela ne semble pas se traduire en actes.
Est-ce seulement de l’ignorance ?
Juste pour donner un aperçu du problème. En utilisant Facebook, non seulement les activistes rendent leur propres communications, leur opinions, leurs « likes », etc. transparents et disponibles à l’analyse automatisée. Mais ils exposent de plus -et nous considérons cela beaucoup plus important- des structures et personnes qui ont elles-mêmes peu ou aucun rapport à avoir avec Facebook.
Les capacités de Facebook à rechercher dans la toile des relations, similitudes, etc. sont difficiles à saisir pour les profanes. Les bavardages sur Facebook reproduisent des structures politiques, ainsi rendues disponibles aux autorités, et à des entreprises. Celles-ci peuvent être recherchés, triées, agrégées, non seulement pour obtenir des informations précises sur des relations sociales, des personnes clé, etc. mais également pour faire des déductions et anticipations à partir de motifs récurrents.
À l’instar que les téléphones portables, Facebook est la plus subtile, économe, et efficace des technologie de surveillance actuellement disponible.
Les utilisateurs de Facebook comme informateurs inconscients ?
Nous avons toujours pensé que la gauche veut autre chose : poursuivre les luttes en ligne, et utiliser internet au service des luttes politiques. C’est le but, en ce qui nous concerne – encore aujourd’hui. C’est pourquoi nous voyons les utilisateurs de Facebook comme un danger réel pour nos luttes. En particulier les activistes qui publient des informations importantes sur Facebook (souvent sans savoir ce qu’ils font) qui est de plus en plus utilisé par les forces de l’ordre. Nous pourrions presque aller jusqu’à accuser ces activistes de collaboration. Mais nous n’en sommes pas encore là. Nous avons encore espoir que chacun réalise que Facebook est un ennemi politique, et que ceux qui l’utilisent le rendent de plus en plus puissant. Les activistes utilisant Facebook nourrissent ce dispositif, et en conséquence, révèlent nos structures – sans aucune nécessité, sans aucun mandat de justice, sans aucune pression.
Notre point de vue
Nous sommes conscients que l’on parle « de haut ». Pour nous, qui travaillons depuis des – parfois en gagnant notre vie – avec le net et les ordinateurs, l’administration de systèmes, la programmation, la cryptographie, ou autre, Facebook apparaît comme un ennemi naturel.
Et comme nous nous considérons également comme faisant partie de la gauche, cela s’ajoute à l’analyse politique des fondements économiques de Facebook, où les « utilisateurs » sont transformés en produits, qui sont vendus, et deviennent consommateurs, en conséquence. Le jargon pour ceci est « la création de besoin ». Nous réalisons que tout le monde n’utilise pas internet avec autant d’enthousiasme que nous pouvons le faire. Mais pour des activistes, autoriser ce cheval de Troie nommé Facebook à faire partie de leur vie quotidienne est un signe d’ignorance d’un niveau critique.
Ceci est un appel : fermez vos comptes Facebook ! Vous mettez les autres en danger ! Prenez acte contre ce monstre de données !
Et de même : quittez Yahoo mail et autres ! À bas Google ! Contre la rétention des données ! Pour la neutralité du net ! Liberté pour Bradley Manning ! Longue vie à la décentralisation !
Luttez contre le capitalisme ! Aussi – et spécifiquement – sur internet ! Contre l’exploitation et l’oppression ! Aussi – et spécifiquement – sur internet !
Mettez vos camarades sur les nerfs. Appuyez sur le fait qu’en nourrissant Facebook, ils ont choisi le mauvais coté !
 
Source   rebellyon.info

[1Note de traduction : « la gauche », notion relative par définition, résulte d’une volonté de traduire le texte original au plus proche, et fait bien évidemment référence ici à une sensibilité politique

La révolte des smartphones
 
La naissance de l’énième vague de contestation remonte à il y a peu (fin octobre). Cette fois, celle qui a été touchée par la rage de la société civile a été la Hongrie, dirigée par le conservateur Orban, dont le gouvernement a été le protagoniste de politiques réactionnaires et xénophobe dans son propre pays. Ce qui a exaspéré des dizaines de milliers de personnes a été le choix des autorités d’augmenter les prix de la navigation sur internet.
Ce sur quoi nous voulons réfléchir principalement, ce ne sont pas les raisons de cette contestation, mais une des pratiques utilisées par les manifestants. Sur les photos représentant la foule dans les rues de Budapest, on pouvait remarquer l’émergence d’une nouvelle forme de contestation : allumer simultanément de milliers de smartphones et téléphones portables comme acte symbolique contre la mesure du gouvernement.

Voilà donc l’énième évolution de la contestation 2.0 !
Mais il y a un aspect vraiment intéressant dans tout cela : ces manifestations prennent la forme d’une « lutte » pour demander plus d’aliénation plutôt que pour viser une libération de la domination technologique, qui révèle ici une fois de plus son visage totalisant, annihilant tout désir humain qui n’entend pas se soumettre à la dictature du virtuel.
Les opposants à cette nouvelle mesure du gouvernement hongrois sont visiblement parmi ces sujets prêts à livrer bataille seulement pour justifier et renforcer tout le mécanisme de domination techno-industrielle – producteur de misère, de dévastation, de domestication du vivant – et non pas pour le critiquer et l’attaquer.
Désormais, beaucoup de mobilisations de masse sont caractérisées par l’intention de la part de leurs participants de les créer et/ou de les diffuser par les moyens mis à disposition par le progrès technologique.
Le rôle des médias traditionnels contribue à tout cela, ceux-ci ayant par exemple vendu les « printemps arabes » comme des révolutions « des réseaux sociaux », gonflant le rôle de ceux-ci dans la diffusion et la propagation des révoltes, les présentant comme créées et favorisées par l’interaction de milliers de personnes sur des places virtuelles.
À la grande foule des activistes hi-tech se sont aujourd’hui ajoutés les manifestants hongrois, qui protestent armés de leurs prothèses technologiques. La navigation sur internet endosse donc les caractéristiques d’un besoin primaire, tout comme la présence d’une personne parmi les inscrits sur Facebook ou Twitter, facteur incontournable et indispensable pour sa propre existence.
C’est le triomphe d’une nouvelle forme d’activisme : spectaculaire et superficiel, toujours prêt à immortaliser avec son téléphone ou sa caméra des moments d’affrontement dans la rue, à saisir le moment où la pierre est lancée contre le flic et à filmer l’énième abus des keufs ; par contre maintenant elle est en première ligne pour contester une mesure qui limite l’accès à internet, montrant au puissant de service sa « dangerosité » par l’exhibition de son dernier bibelot hi-tech.

Il n’y a rien d’attrayant dans cette mise en scène. Au contraire, elle est l’énième preuve du fait que la contestation prend de plus en plus souvent des caractéristiques clownesques et caricaturales, tronquée de sa charge spontanée et potentiellement destructrice, canalisée dans des formes tapageuses et éphémères.
Le lien entre la guerre contre l’existant et les dispositifs technologiques ne produit des effets positifs que pour le pouvoir, sûrement pas pour ceux qui se révoltent. Quelles sont les origines des caméras de vidéosurveillance, industries, bio et nanotechnologies, ordinateurs, portables, GPS et tant d’autres diableries ? Quels intérêts servent-elles, quelles dynamiques sont-elles par leur nature destinées à reproduire et avec quels effets ?
Nous sommes de ceux qui n’échangeraient pas la moindre émotion et spontanéité contre plus de technologie, qui n’implique en réalité qu’aliénation et contrôle. Il n’y a pas une bonne et une mauvaise technologie, mais des instruments nés dans un cadre et des circonstances déterminés et qui répondent à une mentalité militariste, exploiteuse, anthropocentrique.

C’est donc aux ennemis de la technologie (et de ses fidèles adeptes) de démasquer sa vraie nature et d’en finir avec cet ordre nécrophile.
Quelques ennemis du techno-monde
tract distribué à Padoue, 1/12/2014
Padoue (Italie) : La révolte des smartphones – non-fides – base de données anarchistes
[Traduit de l’italien par nos soins de Finimondo.]


_________________



Mes mixs

http://lelabo.xooit.com/t16252-Mix-trance-psycore.htm

http://soundcloud.com/al-kepon47

http://www.facebook.com/AlKepon47
Revenir en haut
IVO
GOriLLe
GOriLLe

Hors ligne


Inscrit le: 08 Juin 2008
Messages: 16 381
Masculin Verseau (20jan-19fev) 猴 Singe Autres

Gagnant Dirty Défis: Gagnant du Dirty Défi 12 HardCore

MessagePosté le: Ven 2 Oct 2015, 08:53    Sujet du message: fesse bouq c'est de la balle Répondre en citant

une application propose de noter les gens
Citation:
Peeple, une application qui permettra de noter de tout le monde et d'aller voir ce que pensent les autres et de vous-même. Que cela vous plaise ou non.
Créée comme un TripAdivsor pour les humains, cette application vise à stimuler la positivité sociale en laissant les gens voir ce que tout le monde pense d'eux. Une idée terrifiante car, à terme, tout le monde pourra vous noter sans que vous n'y puissiez rien.
Pour s'inscrire, il faudra être âgé(e) de 21 ans, s'inscrire via Facebook sous son vrai nom et "prouver" que l'on connaît la personne que l'on va noter en inscrivant son numéro de portable. Mais pas sûr que la positivité l'emporte vu l'ambiance parfois exécrable régnant sur le web.
De plus, il sera impossible de supprimer les commentaires négatifs et l'internaute aura toute possibilité de mentionner n'importe qui, sans lui demander son avis et sans possibilité d'effacer le profil.
Les deux Américaines à l'origine de l'application ne voient aucune raison de s'inquiéter. Pour elles, les commentaires seront bienveillants : "Les gens font bien des recherches lorsqu'ils achètent une voiture ou prennent certaines décisions. Pourquoi ne pas étendre ce genre de recherches à d'autres aspects de notre vie ?"

>>>
http://www.franceinfo.fr/emission/le-17-20-numerique/2015-2016/apres-les-ho…
_________________
.^o GRAVOS MC ° SC1 ° SC2
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Sid_Future
GOriLLe
GOriLLe

Hors ligne


Inscrit le: 18 Mar 2008
Messages: 2 507
Masculin bouche a oreilles

MessagePosté le: Mar 10 Nov 2015, 09:53    Sujet du message: fesse bouq c'est de la balle Répondre en citant

Citation:
 Un tribunal bruxellois impose à Facebook de ne plus collecter les données personnelles des internautes, dans un delais de 48h.



http://www.lesoir.be/1038989/article/economie/vie-du-net/2015-11-09/vie-privee-justice-belge-fait-plier-facebook
_________________
I Sid, From Roots music to Ragga-Jungle

Soundcloud
Facebook
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
kepon47
*KiNG KOnG*
*KiNG KOnG*

Hors ligne


Inscrit le: 17 Mar 2010
Messages: 5 542

ADMINISTRATEUR

Masculin
Membre de l'Association
Dirty Monkey


MessagePosté le: Jeu 12 Nov 2015, 16:05    Sujet du message: fesse bouq c'est de la balle Répondre en citant

http://www.numerama.com/politique/130418-facebook-la-france-a-demande-des-i…



 
Citation:

 Facebook : la France a demandé des infos sur 2 885 internautes au premier semestre


La France est le quatrième pays au monde qui demande le plus d'informations sur les utilisateurs à Facebook, et le troisième à demander le plus de suppressions de contenus. Mais sa curiosité reste stable sur le dernier semestre.
Facebook a publié mercredi son nouveau rapport des demandes gouvernementales, qui divulgue pays par pays le nombre de demandes officielles d’informations concernant des utilisateurs du réseau social, et le nombre de contenus que les États ont demandé à faire bloquer. Le nouveau rapport couvre le premier semestre 2015.
Au niveau international, les demandes de données ont connu sur cette période une croissance de 18 %, avec 41 214 requêtes reçues par Facebook de la part des autorités judiciaires ou administratives des différents pays, contre 35 051 requêtes au dernier semestre 2014.
Chaque réquisition pouvant concerner plusieurs comptes, c’est au total 57 551 comptes Facebook qui ont fait l’objet de demandes d’informations qui peuvent être de nature très diverses : identité de l’internaute, adresse e-mail utilisée pour créer le compte, adresse IP, messages privés, liste des amis, journal de connexion, géolocalisation…. tout ce que possède Facebook peut potentiellement faire l’objet de demandes.
Citation:

La France est très curieuse mais s’en explique mal



Dans le classement, la France est le quatrième pays qui demande le plus d’informations sur les utilisateurs, avec 2 520 requêtes officiellement reçues des autorités judiciaires ou administratives, concernant 2 847 comptes. C’est un volume stable par rapport au semestre précédent qui avait vu la France demander des informations sur 2 885 internautes.
Mais seulement 45,50 % des demandes françaises aboutissent à la fourniture totale ou partielle d’informations à la France, ce qui dénote d’un manque de justifications sérieuses ou de respect des procédures imposées par Facebook, pour plus d’une demande sur deux. « Chacune des demandes que nous recevons fait l’objet d’une vérification de sa validité juridique et nous rejetons ou demandons plus de précisions sur les requêtes qui sont trop larges ou trop vagues », explique le réseau social.
Le manque de qualité des demandes françaises est une caractéristique que l’on retrouve globalement dans tous les rapports de transparence émis par les géants du Web, mais qui tend à s’améliorer. Jamais Facebook n’avait répondu à une proportion aussi importante de demandes de la France qu’au premier semestre 2015.
Le pays qui demande le plus de données reste de loin les États-Unis, qui ont réquisitionné des données sur 26 579 internautes. Mais les USA peuvent alors agir soit en leur propre nom, soit au titre de l’entraide judiciaire à l’encontre d’une entreprise dont le siège est basé en Californie. Faute de détails, il est impossible de connaître la part des deux.


La France 3ème demandeur de censure de contenus
Par ailleurs, les États ont collectivement demandé la restriction de l’accès à 20 568 contenus publiés sur Facebook, ce qui représente une augmentation spectaculaire de 112 % de la censure d’origine étatique par rapport au dernier semestre 2014.
La France est le troisième pays au monde qui demande le plus de suppressions de contenus avec 295 contenus faisant l’objet de demandes de censure au premier semestre 2015. C’est énormément plus que sur la période précédente (22 contenus restreints seulement), et plus de 3 fois supérieur au précédent record de 80 contenus supprimés au dernier semestre 2013.
Cette explosion de contenus supprimés à la demande des autorités françaises s’explique très certainement par les attentats commis contre Charlie Hebdo et l’épicerie juive de la porte de Vincennes, en janvier 2015. Les autorités françaises s’étaient montrées extrêmement vigilantes contre les contenus perçus comme de l’apologie du terrorisme. Facebook explique pour sa part qu’il a bloqué des contenus qui concernent le négationnisme et l’apologie du terrorisme.
15 autres pays dans le monde font supprimer localement des contenus spécifiques, qui sont interdits par leurs lois mais pas de façon universelle. Les principaux demandeurs de blocages de contenus sont l’Inde (15 155 contenus visés), la Turquie (4 496), la France (295), Israël (195), l’Allemagne (188) et l’Autriche (170).
Le nombre des contenus bloqués officiellement à la demande des États reste toutefois extrêmement faible au regard des 1,5 milliards d’utilisateurs qui fréquentent Facebook presque tous les jours, et des dizaines de milliards d’informations qu’ils publient chaque jour. L’essentiel de la censure se fait sans l’intervention directe des autorités nationales, par le biais de la modération réalisée par les équipes de Facebook avec l’aide des internautes eux-mêmes, qui signalent les contenus illicites ou immoraux. Et une partie de la censure étatique se cache derrière cette modération pour laquelle Facebook ne communique aucun chiffre. D’où l’importance d’exiger la transparence sur ces chiffres-là aussi.



_________________



Mes mixs

http://lelabo.xooit.com/t16252-Mix-trance-psycore.htm

http://soundcloud.com/al-kepon47

http://www.facebook.com/AlKepon47
Revenir en haut
Gaya
BOnObO
BOnObO

Hors ligne


Inscrit le: 13 Oct 2012
Messages: 1 858
bouche a oreilles

MessagePosté le: Mer 9 Déc 2015, 10:09    Sujet du message: fesse bouq c'est de la balle Répondre en citant

La Cnil et 4 autorités européennes attaquent le pistage pratiqué par Facebook


Citation:
Les défenseurs des droits haussent le ton contre le « tracking » pratiqué par le géant du web social. Depuis un an, et la modification de sa politique de confidentialité, Facebook installe des cookies sur l’ordinateur (ou le mobile) de tout internaute qui se rend sur le réseau, y compris ceux qui n’ont pas ouvert de compte. À chaque connexion de l’internaute sur une page contenant un plug-in Facebook, le réseau social est informé qu’il se trouve sur ce site. Facebook suit donc la navigation, hors de son site, des internautes non inscrits, qui n’ont donc pas consenti à la politique de confidentialité du réseau.
Revenir en haut
Gaya
BOnObO
BOnObO

Hors ligne


Inscrit le: 13 Oct 2012
Messages: 1 858
bouche a oreilles

MessagePosté le: Lun 14 Nov 2016, 08:43    Sujet du message: fesse bouq c'est de la balle Répondre en citant

[Montpellier] Vos papiers SVP. Quand Facebook se prend pour un officier de police judiciaire
Citation:
Vous l’avez peut être remarqué, depuis quelques semaines, la page du site Le Pressoir sur Facebookn’est plus alimentée... Une nouvelle page Facebook a été créée. Retrouvez-là à l’adresse suivante :https://www.facebook.com/Le-Pressoir-212417282527829
Repris intégralement d’IAATA et adapté à notre cas.

Vous l’avez peut être remarqué, depuis quelques semaines, la page du site Le Pressoir surFacebook n’est plus alimentée...
En effet, le compte Facebook de Nicolas Dondenneau, auquel est liée notre page, est bloqué. Pour le débloquer, ce sale flic de Facebook nous somme de lui fournir un scan de nos papiers d’identité. Il s’est pris pour un officier de police judiciaire.


Or, Nicolas Dondenneau est sans papiers. Il ne peut donc pas conserver son compte Facebook.


Nicolas Dondenneau n’est pas le seul que la multinationale qui se fait du fric avec votre vie privée somme de fournir des éléments d’identifications. Petit à petit, des personnes ou des collectifs qui tentaient de se servir de ce réseau sans compromettre leur sécurité se retrouvent censurées, comme récemment la page appelant à la mobilisation du 9 mars contre la loi travail (sur Toulouse).


Problème : qu’on le veuille ou non, une grande partie des internautes arrive sur notre site via Facebook. Conséquence logique : depuis que notre page n’est plus accessible, le nombre de visites a chuté.


Il va donc falloir commencer à s’interroger sur les moyens que l’on a de contourner cette censure. Toutes les pistes sont bienvenues en compléments d’info.


Facebook est un sale flic, qu’on pendra avec les tripes du dernier juge.
Revenir en haut
niouze
DOnKeY KOnG
DOnKeY KOnG

Hors ligne


Inscrit le: 27 Fév 2010
Messages: 4 508

MODERATEUR

Masculin bouche a oreilles

MessagePosté le: Mar 6 Déc 2016, 15:18    Sujet du message: fesse bouq c'est de la balle Répondre en citant

Citation:
Insupportable Facebook

Facebook est omniprésent, omniscient, omnichiant. La présence de liens Facebook sur les stickers, flyers, jaquettes, forums, et même dans les mails est insupportable. Toutes ces mentions fonctionnent comme autant d’impacts publicitaires pour cette marque américaine, multinationale de la vente de données personnelles, source illimitée d’information pour toutes les polices du monde, et parasite social qui transforme les internautes en clientèle zombie du "like".

Reprenons.

Facebook est à la fois le poumon du système publicitaire sur internet et aussi une source de renseignements fabuleuse pour tous les services de police de la planète.

Facebook est une immense source de carburant pour le système publicitaire.

Les clients de Facebook, ceux qui payent, sont les régies publicitaires, pas vous. Facebook fournit ces régies en données personnelles, les vôtres. En ce sens Facebook est un des plus gros moteurs du système publicitaire. Faut-il répéter que le système publicitaire est un système fasciste ? Oui, de toute évidence il le faut.
Alors relisons ensemble le "Manifeste contre la pub" [1] dont voici quelques extraits :

"[...]La publicité propage des idéologies néfastes : sexisme, ethnocentrisme, culte de l’apparence, compétition, violence, en une escalade sans but et sans fin.
Elle n’hésite pas à jouer sur nos pulsions animales, nos souffrances et nos frustrations pour nous vendre cette recette trompeuse qu’est le bonheur par la seule consommation.

La publicité génère la violence chez ceux qui sont exclus de tous les biens dont elle dicte l’achat pour acquérir le bonheur. Elle provoque la frustration de ceux qui ne peuvent acheter parce qu’un produit ne tiendra jamais cette promesse là... et des complexes en terme d’image de soi face à ses modèles.
Son seul objectif est de pousser à la consommation au mépris des réalités humaines, écologiques, et sociales.
[...]

Seuls ceux qui ont de l’argent peuvent l’utiliser. Dans ce système, une grosse entreprise peut se doter d’une image positive et vendeuse même si elle a des mauvais produits à vendre et un comportement irresponsable. Au contraire, un petit producteur aux procédés éthiques se retrouve noyé, faute de moyens...
[...]

La publicité crée de faux besoins et provoque des dépenses inutiles et le surendettement.
[...]"

Vous trouvez que c’est pertinent ? Vous avez raison. Alors pourquoi alimentez-vous ce système ? Pourquoi donnez-vous consciemment, délibérément, vos données personnelles à ces entreprises comme Facebook et Google, qui ne vivent que de vos données personnelles et de votre temps de cerveau disponible ? Tout ce que vous faites sur Facebook alimente des fichiers qui nourrissent le système publicitaire qui est un système fasciste.

Dans un petit livre efficace, De la misère humaine en milieu publicitaire [2], le groupe Marcuse écrivait :

"Le système publicitaire [...] est d’autant plus totalitaire qu’il absorbe même ce qui le dénonce. Comme le dit Paul Ariès, "la publicité a tué l’esprit de révolte après avoir asséché l’imaginaire". Elle a rendu la rébellion rentable : en proposant à la jeunesse d’en consommer le simulacre marchand, elle l’a intégrée au système."

Être actif sur Facebook, c’est alimenter le système publicitaire. Un système, totalitaire, sexiste, discriminatoire, qui pousse au surendettement, tue l’esprit de révolte, et lave les cerveaux.

Être actif sur Facebook, c’est aussi alimenter des fichiers qui seront utilisés, analysés, et passés au peigne fin par toutes les polices du monde.

Les révélations de Snowden dans l’affaire "Prism" ne laissent plus aucun doute là dessus [3]

Et si Facebook et la NSA rechignent à donner les informations sur les opposants de certains régimes, c’est pas grave :

"[...]Le printemps arabe nous a montré que les dictateurs aiment beaucoup les réseaux sociaux. Au point de torturer des gens pour obtenir leurs codes d’accès et retracer leurs contacts. Mieux, les dictateurs en viennent à détourner le trafic Internet des opposants pour récolter leurs informations liées à leur activité sur ces réseaux.[...]" (Kitetoa, Reflets.info)

Les réseaux sociaux permettent de tout savoir (ou de facilement le déduire), de savoir ton âge, ton sexe, ton genre, ton orientation sexuelle, tes hobbys, tes affinités idéologiques, ton obédience religieuse, ton appartenance à tel ou tel syndicat. Alors certes, aujourd’hui on ne fait plus la chasse aux homosexuels, aux juifs, aux communistes.
Enfin, pas chez nous.
Enfin, plus maintenant.
Enfin... pas encore.

Tout activiste politique, religieux, associatif présent sur Facebook est un danger. Un danger pour lui-même mais surtout pour tous ceux qu’il fréquente, tous ceux qui entrent en contact avec lui.
Alors.
Tu n’as pas envie de participer au système publicitaire totalitaire : quitte Facebook.
Tu n’as pas envie d’alimenter des fichiers de police avec tes propres données mais aussi avec les données des gens qui te côtoient : quitte Facebook.

Tu n’es pas convaincu.e, tu préfères rester su Facebook, mais t’es pas méchant.e, plutôt sympate même... alors suis ces quelques conseils.

Si jamais tout ce qui vient d’être écrit te passe au dessus de la tête, que tu t’en fiches de participer activement au système flico-publicitaire, que de laver ton cerveau et celui de tes camarades t’est totalement indifférent... alors je ne peux rien faire pour toi, mais s’il te plaît, laisse ma vie privée tranquille, ne cherche pas à me ficher, ne cherche pas à me faire entrer dans les filets du système publicitaire. C’est suffisamment difficile d’échapper à tout cela par ailleurs, je n’ai vraiment pas besoin que tu cherches à m’y attirer.

Si tu ne veux pas quitter Facebook, alors fais en sorte de protéger ceux qui y échappent, de les protéger de toi, de ton activité, et évite d’attirer ceux-ci vers ta page, évite de les inciter à s’inscrire.

Si tu représentes un groupe de musique, une orga politique, une association militante ou non, fais en sorte de ne pas attirer de nouveaux membres dans les filets de FB :

- Ne propage pas de liens vers ta page FB sur les forums.
- Ne mentionne pas ta page FB sur ton matériel de propagande (flyers, stickers..)
- Ne propage pas de "facebook events", il existe bien d’autres agenda (demosphere, razibus, pariskiwi) pour diffuser ce type d’information.
- Même quand tu écris un mail, assures-toi que le destinataire est bien sur FB avant de lui envoyer un lien FB.

Tu ne t’en rends peut-être pas compte, mais sache qu’un non-inscrit qui suit un lien Facebook tombera à un moment ou un autre sur l’impossibilité de faire une action s’il ne devient pas membre. En ce sens, ton lien fonctionne bien comme un hameçon pour attraper de nouveaux poissons dans l’escarcelle du géant américain.

Dans la même logique, si tu as un vrai site web, évite de le polluer avec des logos de marques, des trackers espions, et des liens-hameçons. Si tu suis ces quelques règles alors nous, les non-inscrits qui ne souhaitons pas être fichés ni revendus à coca-cola nous t’en serons reconnaissants :

- N’affiche pas de logos de marques. Facebook(c), Twitter(c), Google(c), Bandcamp(c)... ce sont autant de marques (le plus souvent de multinationales américaines), qui ont leur propres logos, leurs propres visuels. Les afficher revient à transformer ton propre site web en panneau publicitaire. Visuellement cela casse l’ambiance de ton site, mais surtout il ne faut pas négliger l’impact des ces logos, qui répétés de sites en sites, rendent les marques incontournables, évidentes. Cette "publicité ambiante" participe à renforcer les marques dominantes et à réduire à néant toute tentative de création d’une alternative.

- Ne mets pas de boutons "like". Ni autre du même type. Ce sont des "trackers", des "web-bugs", des petits logiciels espions qui fliquent tous tes visiteurs. Peu importe que l’on clique ou non dessus, ces logiciels sont activés au chargement de la page. Avec un bouton "like", tu alimentes les fichiers de FB avec les données de tes visiteurs (évidemment sans leur consentement).

- Éventuellement, indique ta présence sur Facebook(c) sur une page "contact", sans logo. Si tu ne peux pas résister à l’envie d’indiquer à tes visiteurs que tu es sur Facebook(c), Twitter(c) ou autre site de vente de données personnelles (faut-il le rappeler, tu n’es pas client de FB, ses clients ce sont les régies publicitaires qui achètent les données personnelles et les encarts sur ta page), alors il convient de le faire de la manière la moins ostensible possible. Ta présence sur FB est une information équivalente à ton adresse mail ou ton numéro de téléphone. C’est un moyen d’entrer en contact avec toi comme un autre.

- Utilises FB pour attirer les gens vers ton site web, et non pas l’inverse. Évidemment, c’est un choix éthique (et/ou politique), mais le site que tu vas choisir d’alimenter en premier va déterminer ton positionnement vis à vis du système publicitaire, vis à vis de la protection des données personnelles de tes amis et des tes visiteurs (cad de ton public). Si tu choisis de faire vivre ta page Facebook(c) en priorité avec tout ce que cela sous-entend et qui a déjà été évoqué, alors je ne peux que te conseiller de réfléchir à nouveau sur ce comportement. Faire vivre en priorité une page Facebook(c), cela revient à vouloir y attirer ton public, tes amis, et aucun discours, aucune tactique de subversion ne peut justifier cela. Si tu fais vivre en priorité ton site web sans pub, alors on peut entendre que ta présence sur FB serve à en attirer les membres vers un web dépollué.

La dépollution d’internet ne se fera pas toute seule, et l’omniprésence de FB comme autant de déchets publicitaires qui traînent un peu partout sur le web prouve qu’il ya du boulot, y compris, et surtout, sur le web fréquenté par celles et ceux qui revendiquent un esprit de révolte.
Les logos, les marques, le fichage publicitaire et policier (symptômes de systèmes publicitaires et policier), tout cela devient de plus en plus dangereux, toxique, nocif. Insupportable. Alors faites un geste pour l’environnement d’internet : dépolluez vos sites, dépolluez vos habitudes.

abFab, 2015

http://www.rfpp.net/spip.php?article543
_________________
la tyrannie interdit la fête et la fête annonce la fin de la tyrannie !

usti aj le drom
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
exofog
GOriLLe
GOriLLe

Hors ligne


Inscrit le: 19 Jan 2014
Messages: 2 578

Gardien de la Porte

Masculin Taureau (20avr-20mai) Par le Net

MessagePosté le: Ven 30 Déc 2016, 13:34    Sujet du message: fesse bouq c'est de la balle Répondre en citant

Pour entrer aux États-Unis, on vous demandera désormais votre pseudo Facebook Par Hugo Baudino  |  29/12/2016, 8:11  |  458  mots
  •  
  •  
Pour entrer aux Etats-Unis comme simple touriste, il vous faut maintenant donner un peu plus que votre empreinte. (Crédits : Reuters)Dans le premier épisode de la dernière saison de la série "Black Mirror", l'héroïne se voit refuser l'accès à un vol parce que sa "note" sur les réseaux sociaux n'est pas assez élevée... Si on est encore loin de ce futur cauchemardesque, une mesure prise par les autorités américaines pourrait bien nous en rapprocher.C'est le moment où vous allez regretter d'avoir utilisé un jeu de mots douteux en tant que pseudo sur Facebook... Les autorités américaines ont ajouté le 20 décembre une ligne surprenante au formulaire ESTA rempli par chaque touriste étranger ne disposant pas de visa avant son arrivée sur le sol américain : la possibilité de communiquer ses identifiants sur certains réseaux sociaux.
Ainsi, l'arrivant peut renseigner son pseudo Facebook, Twitter, YouTube, Instagram ou encore Google+. Même le regretté réseau social de vidéo courte Vine y est présent. Si cette fonction,repérée par le site américain Politico, peut paraître anodine (surtout que cette fonction est pour l'instant facultative), elle pose de réels problèmes en matière de respect de la vie privée.

Le formulaire ESTA, pour Electronic System for Travel Authorization, doit être rempli par les touristes n'ayant pas besoin de visa, soit ceux qui viennent pour un séjour de moins de 90 jours aux États-Unis. Pour ne passer que par ce système, il faut provenir d'un des 38 pays faisant partie du programme d'exemption de visa (Visa Waiver Program), dont la France fait partie.
L'ombre du scandale de la NSA plane encore
L'idée d'intégrer les réseaux sociaux des arrivants ne date pas de la semaine dernière. Elle avait déjà été évoquée au cours de l'été dans le cadre de la refonte globale de ce fameux questionnaire. L'idée d'une telle mesure est de détecter plus facilement les individus potentiellement dangereux, comme ceux ayant un lien avec un groupe terroriste, par exemple. En effet, les réseaux sociaux sont de plus en plus utilisés comme un outil de propagande et de recrutement par des groupes terroristes comme Daech.
La puissante Internet Association, qui représente les géants du secteur comme Google, Facebook ou Twitter, avait rejoint le camp des opposants à cette mesure dès le moment où elle a été évoquée. Lier les comptes de réseaux sociaux au formulaire pose d'évidentes questions de respect de la vie privée. Si le champ n'est pas marqué comme un "champ obligatoire", il est à parier que bon nombre d'utilisateurs décideront de le remplir de leur plein gré, afin d'éviter des complications et un interrogatoire poussé une fois sur place.
Et le flou demeure total quant à la réelle utilisation que comptent faire les services américains de ces informations. Depuis le scandale des écoutes de la NSA révélées par Edouard Snowden, on sait que l'administration américaine peut poser ses yeux et ses oreilles sur à peu près toute forme de communication...
Pas de quoi rassurer les méfiants.
_________________
Quand on naît CON
on est CON..........
Revenir en haut
IVO
GOriLLe
GOriLLe

Hors ligne


Inscrit le: 08 Juin 2008
Messages: 16 381
Masculin Verseau (20jan-19fev) 猴 Singe Autres

Gagnant Dirty Défis: Gagnant du Dirty Défi 12 HardCore

MessagePosté le: Jeu 2 Fév 2017, 12:40    Sujet du message: fesse bouq c'est de la balle Répondre en citant

votre profil est plus rentable qu'un sac Vuitton
>>>
http://www.huffingtonpost.fr/2017/02/02/pour-facebook-votre-profil-est-plus…
_________________
.^o GRAVOS MC ° SC1 ° SC2
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Gaya
BOnObO
BOnObO

Hors ligne


Inscrit le: 13 Oct 2012
Messages: 1 858
bouche a oreilles

MessagePosté le: Ven 24 Fév 2017, 09:53    Sujet du message: fesse bouq c'est de la balle Répondre en citant

L'ère de la pensée unique débarque !


Le contrôle de l’information s’invite sur Facebook
Citation:
Quelques jours après le lancement du Décodex, c’est Facebook qui débute une campagne contre les « fake News ». Au regard des premiers éléments disponibles, l’outil destiné à cet effet, le « CrossCheck », pose déjà les mêmes questions que celui des Décodeurs. Qui, dans l’ombre, décide de ce que vous devriez lire ou non ? Sur quelles bases méthodologiques rationnelles ? Que restera-t-il de la liberté d’expression une fois la censure algorithmique généralisée ?



 
Revenir en haut
IVO
GOriLLe
GOriLLe

Hors ligne


Inscrit le: 08 Juin 2008
Messages: 16 381
Masculin Verseau (20jan-19fev) 猴 Singe Autres

Gagnant Dirty Défis: Gagnant du Dirty Défi 12 HardCore

MessagePosté le: Dim 12 Nov 2017, 10:53    Sujet du message: fesse bouq c'est de la balle Répondre en citant

Facebook a été conçu pour exploiter les faiblesses des gens
>>>
http://www.huffingtonpost.fr/2017/11/11/facebook-a-ete-concu-pour-exploiter…
_________________
.^o GRAVOS MC ° SC1 ° SC2
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
niouze
DOnKeY KOnG
DOnKeY KOnG

Hors ligne


Inscrit le: 27 Fév 2010
Messages: 4 508

MODERATEUR

Masculin bouche a oreilles

MessagePosté le: Ven 12 Jan 2018, 14:02    Sujet du message: reseau sociaux, mouvement anticapitaliste et récuperation ... Répondre en citant

tomber en parcourant une autre page sur cette article qui date un peu
Citation:


Lettre ouverte d’Occupy Wall Street à Nuit Debout
Nuit Debout, méfiez-vous !

Les réseaux sociaux sont un moyen de représentation très puissant. Ceux qui les manient façonnent l’avenir du mouvement.

Sachant qu’il avait été explicitement question d’Occupy Wall Street à Nuit Debout, j’ai éprouvé le besoin de venir voir par moi-même ce qui se passait à Paris. Chaque mouvement se produit dans un contexte qui lui est propre. Toutefois, j’ai remarqué des similitudes, surtout en ce qui concerne la propriété et la gestion des réseaux sociaux. Vous trouverez ci-dessous mon compte rendu de ce qui s’est passé au sein d’OWS par rapport aux réseaux sociaux. J’espère qu’il vous sera utile.
Une brève histoire des réseaux sociaux au sein d’OWS

En juillet 2011, Adbusters, un magazine canadien spécialisé dans le détournement de grandes marques commerciales, lance l’appel #OccupyWallStreet. Le rédacteur en chef, Micah White, contribue à lancer le concept en ligne : occuper Wall Street le 17 septembre suivant.
Peu après, Justine Tunney enregistre le nom de domaine occupywallst.org et un collectif se forme autour de la création et de la gestion du site ; l’une de ses membres est Priscilla Grim.
Ni Adbusters ni le collectif occupywallst.org ne tiennent alors de réunions publiques ; ils n’incitent personne à occuper Wall Street. Le seul groupe qui mobilise des gens sur le terrain pour organiser l’occupation est l’Assemblée Générale de New York (AG).

Celle-ci se réunit toutes les semaines de début août jusqu’au 17 septembre 2011 ; elle prend des décisions concernant le cadre général de l’action et crée des commissions, dont une Commission Réseaux sociaux (« Media Working Group »). J’ai intégré cette dernière, aux côtés notamment de Vlad Teichberg et Nikky Schiller. Cette commission coordonne la production et la diffusion du contenu numérique en vue de l’organisation d’Occupy Wall Street par l’AG.

Le magazine Adbusters, créateur des comptes Twitter d’Occupy Wall Street, ouvre le compte @OccupyWallSt au collectif occupywallst.org qui gère le site internet, et ouvre le compte @OccupyWallStreetNYC à la commission Réseaux sociaux de l’AG. Dès le départ, il y a donc deux canaux numériques d’OWS : @OccupyWallStreetNYC qui doit rendre des comptes à l’Assemblée, et @OccupyWallSt, qui agit en dehors de l’Assemblée.

Le 17 septembre commence l’occupation de Zuccotti Park. Le magazine Adbusters, le collectif occupywallst.org et la Commission Réseaux sociaux relaient tous les trois du contenu autour de l’événement. Toutefois, c’est le site occupywallst.org qui attire le plus de visiteurs et qui, pour le grand public, est associé à OWS. Pourtant, c’est la Commission Réseaux sociaux de l’AG qui relate, 24 h sur 24 et 7 jours sur 7, l’occupation effective.
Des conflits surgissent au sein de la Commission Réseaux sociaux à propos du compte @OccupyWallStreetNYC. La Commission regroupe de plus en plus de collaborateurs, qui souhaitent se répartir en plus petits groupes et se spécialiser dans différents sujets et sur différentes plateformes. Justin Wedes, membre de la commission Réseaux sociaux, souhaite créer sa propre équipe, le Tweetboat. Mais à ce stade (nous sommes en octobre 2011), beaucoup s’oppose à toute mainmise sur le contrôle de ce compte. Un accord est alors trouvé avec le reste de la Commission : le Tweetboat peut utiliser le compte tant qu’il ne porte pas atteinte aux autres membres de l’équipe. Un équilibre des pouvoirs qui a toujours été difficile à trouver…

Occupy Wall Street devient un phénomène mondial, avec plus d’un millier d’occupations à son actif. Chaque « Occupy » dispose de ses propres réseaux sociaux, et cette décentralisation est encouragée par la Commission Réseaux sociaux. Celle-ci fait parvenir du matériel et des outils de formation aux autres occupations afin qu’elles puissent raconter leur propre histoire, renvoyer leur propre image. Mais, malgré cette tentative de décentralisation, c’est toujours le site occupywallst.org qui attire le plus de visiteurs.
Après l’évacuation de Zuccotti Park, l’incertitude règne. Que va faire OWS, et que vont devenir ses réseaux sociaux ?

C’est pendant cette phase de désorientation et de fragmentation que voit le jour, en décembre 2011, Occupy Solidarity Network, une association à but non-lucratif au nom trompeur, montée pour assurer la gestion des réseaux sociaux et des projets d’OWS. Elle est pilotée par Micah White (Adbusters), Justine Tunney et Priscilla Grim (occupywallst.org), et Justin Wedes (Tweetboat), qui s’imposent au conseil d’administration.
Deux ans plus tard, fin 2013, ces personnes s’autoproclament fondateurs d’OWS, tentent de déposer la marque et vendent des affiches dans les hypermarchés Walmart.
Mais cette alliance ne pouvait pas durer. Les capitalistes avides de pouvoir finissent toujours par se retourner les uns contre les autres…
Premier coup de théâtre (très médiatisé) : Justine Tunney tente de récupérer le compte Twitter @OccupyWallSt et cherche à se faire unanimement reconnaître comme leader. Par la suite, elle ira travailler chez Google.

Deuxième coup de théâtre : Micah White claque la porte d’Adbusters, en détourne le compte Twitter officiel, parcourt le monde en vantant les mérites du mouvement italien Cinq Étoiles de Beppe Grillo, au nom d’OWS, et ouvre une petite agence de conseil pour les activités militantes. Après quoi Justine Tunney et Micah White s’allient pour gérer le compte Twitter @OccupyWallSt et le site occupywallst.org.
À la suite d’une brouille, Priscilla Grim est exclue de la gestion du site, mais reste alliée à Justin Wedes, qui a toujours un accès administrateur au compte Twitter @OccupyWallStNYC.
Pendant l’été 2014, Justin Wedes décide ensuite d’exclure toutes les autres personnes qui publiaient sur le compte @OccupyWallStNYC, y compris les membres originels de la Commission Réseaux. Après avoir rédigé un billet de blog pour justifier cette action, il continue à utiliser le compte pour promouvoir ses projets personnels et leur trouver des financements.

L’ancienne Commission Réseaux sociaux d’OWS décide de se constituer en société et poursuit Justin Wedes en justice pour la propriété du compte.
Préférant éviter un procès et pour garder la face, Justin Wedes déclare qu’il remet le compte à Priscilla Grim ; curieusement, il s’avère que ce compte est partagé avec deux conseillers en stratégie numérique travaillant pour le parti Démocrate, Winnie Wong et Charles Lenchner. Ceux-ci vont alors fonder un mouvement prétendument « venu de la base », The People for Bernie, qui établit ouvertement un pont entre OWS et la campagne de Bernie Sanders.
Depuis un an, les choses marchent très bien pour eux. Les contenus publiés par @OccupyWallStNYC sont très nettement en faveur de Bernie Sanders. Lors d’interviews accordées aux grands médias, Winnie Wong et Charles Lenchner se présentent comme animateurs de la première heure du mouvement OWS et sympathisants de Bernie Sanders. La confusion, l’amalgame sont désormais courants au point que des personnes très impliquées dans OWS, et qui se disaient alors anarchistes, soutiennent à présent le parti Démocrate.
Ce récapitulatif ne relate qu’une partie d’une histoire bien plus complexe. Je tenais pourtant à vous en faire part afin que vous compreniez bien à quel point les réseaux sociaux sont un enjeu clé dans la construction de l’identité des mouvements. Nous avons toujours tenu à nous exprimer par nous-mêmes, toujours affirmé notre foi en la démocratie directe. Mais ce n’est pas ce que reflètent aujourd’hui les réseaux sociaux qui parlent de nous. Nos voix ne sont pas entendues.

Tirez-en les leçons qui s’imposent. Battez-vous pour garder un canal d’expression qui vous représente vraiment.

Solidarité,
Marisa Holmes
Occupy Wall Street

https://paris-luttes.info/lettre-ouverte-d-occupy-wall-5983
_________________
la tyrannie interdit la fête et la fête annonce la fin de la tyrannie !

usti aj le drom
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Skuizh
ChiMpaNZé
ChiMpaNZé

Hors ligne


Inscrit le: 23 Mai 2014
Messages: 721
Masculin Par le Net

MessagePosté le: Mer 31 Jan 2018, 21:49    Sujet du message: fesse bouq c'est de la balle Répondre en citant

C'est quand même fou que twitter n'est pas prévu ce cas...


En général, on utilise cette règle ("un admin peut créer/modifier/supprimer n'importe quel utilisateur, admin y compris") un peu par défaut, car sans contexte elle est logique...
Mais dans le contexte de twitter, je suis un peu étonné... C'est un peu comme si en achetant 1% des actions d'une boite tu pouvait virer tous les autres actionnaires...


Après, d'un point de vue "technique", c'est facile de critiquer après coup, mais penser à tous les scenarii n'est pas forcément simple.
Ceci dit, c'était peut-être leur responsabilité d'imaginer ce genre de chose et de prémunir leur abonnés contre (une solution simple, en premier jet : tu fais un sondage par mail auprès de tous les co-admins "actifs" (genre dernière connexion de moins d'un mois) et si pas de rép sous 48h, piouf vote "nul")


Avec un quora configurable (le quora c'est le nombre mini de votant pour afin que la proposition soit adoptée -- et puisqu'il faut une valeur par défaut à la création du truc, ça pourrait être l'unanimité ; ou la majorité absolue)
Héhé ; moi, je suis codeur, je fais des propositions que j'estime pas trop débiles, et c'est le client qui choisi ^^).




Bref... Bon sinon, Facebook compte dans ces rangs un employé que je respecte beaucoup pour les progrès qu'il a fait faire aux "Réseaux de Neurones" ! Lui, semble pas voir de problème éthique au fait que son réseaux de reconnaissance faciale serve à étiqueter automatiquement les photos (surtout pour relier la tof au profil des gens présent dessus).
Et même il s'étonne que les français n'aient pas autorisé l'activation de cette fonctionnalité (officiellement, après allons savoir ce qui tourne sur les serveurs !!)


Par contre dans le domaine c'est une pointure, et un putain "d'explorateur"... En gros les "scientifiques" pensaient que les réseaux de neurones étaient une "branche morte" de l'IA...
Essentiellement parce que les maths que ça implique deviennent vite incompréhensibles pour l'esprit d'un humain quand on emplie les couches de neurones dans le réseau...
Du coup on s'était limité à des applications pratiques simples : typiquement, reconnaitre les chiffres des codes postaux, écrits à la main sur les enveloppes...


Et lui est arrivé : << même pas peur les gars, je tranche dans le lard pour simplifier les maths, je t'empile une centaine de couche et hop ! PROFIT !!>>
Ouais c'est comme les gnomes voleurs de slips : il manque une étape dans la logique, en tout cas si tu as une approche purement "science théorique"... Nous autres ingénieurs par contre, on sait que parfois il y a pas besoin de comprendre un truc, pour qu'il fonctionne parfaitement... Pour le dépanner c'est plus emmerdant par contre ^^


J'aime aussi ce côté "je prends une impasse ? Je vous emmerde, j'ai l'intuition que ça mène quelque part" ; et en effet il doit plutôt bien gagner sa vie maintenant, pour se limiter à un critère qui parle à (presque) tout le monde...


Un truc quand même, "deep dream" le truc à LSD-ifier les images, est un à la base un réseau de neurone "profond" (et surtout "convolutionel" : CNN ou ConvNet ; je laisse ça trainer pour un passionné à tout hasard -- mais je développe pas...). 
C'est pas un "très grand bien" vis-à-vis du mal potentiel que ça peut faire (reconnaissance faciale et fichage systématique versus un gadget pour "truquer les images" ?)




Moralité : bien que facebook soit LE MAL, je respecte certain(s) de leur(s) employé(s) et leurs initiatives de recherches...
DONC, je suis un suppot de Satan >:)
_________________
C'est la BA-NA-NEUUH !! La banaaane, des DANGEUREUX !


Il n'est pas de sauveur suprême
Ni Dieu, ni César, ni Tribun,
Producteurs, sauvons-nous nous-mêmes
[...]Soufflons nous-mêmes notre forge, Battons le fer tant qu'il est chaud.
Revenir en haut
IVO
GOriLLe
GOriLLe

Hors ligne


Inscrit le: 08 Juin 2008
Messages: 16 381
Masculin Verseau (20jan-19fev) 猴 Singe Autres

Gagnant Dirty Défis: Gagnant du Dirty Défi 12 HardCore

MessagePosté le: Mer 31 Jan 2018, 22:18    Sujet du message: fesse bouq c'est de la balle Répondre en citant

oui mais ça on le savait déjà ^^
_________________
.^o GRAVOS MC ° SC1 ° SC2
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Skuizh
ChiMpaNZé
ChiMpaNZé

Hors ligne


Inscrit le: 23 Mai 2014
Messages: 721
Masculin Par le Net

MessagePosté le: Mer 31 Jan 2018, 22:25    Sujet du message: fesse bouq c'est de la balle Répondre en citant

C'est trop d'honneur, Mon Sire !


EDIT : atta c'est un piège...
_________________
C'est la BA-NA-NEUUH !! La banaaane, des DANGEUREUX !


Il n'est pas de sauveur suprême
Ni Dieu, ni César, ni Tribun,
Producteurs, sauvons-nous nous-mêmes
[...]Soufflons nous-mêmes notre forge, Battons le fer tant qu'il est chaud.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 05:59    Sujet du message: fesse bouq c'est de la balle

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:    
Répondre au sujet    Dirty Monkey Index du Forum » - ACTION / REACTIONS - HELP - » :: Kou' D' GuEuLe et Débats :: Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3, 4
Page 4 sur 4

 
Sauter vers: 

Portail | Index | faire son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Designed by Freestyle XL / Music Lyrics & modified by Opa. Traduction par : phpBB-fr.com